Partage par : X Great Danger X Publié le : lundi 14 septembre 2015



La terminaison « .ONION » obtient le statut officiel de nom de domaine. Ce qui permettra aux administrateurs de services cachés d’obtenir des certificats électroniques et d’activer le chiffrement TLS/SSL.

Souvent décrit comme un repaire de pirates et de vendeurs de drogue, le « Dark Web » vient d’être officiellement reconnu par l’IETF et l’IANA, deux instances de régulation de l’Internet. En effet, ces deux organismes viennent d’intégrer officiellement le « .ONION » dans la liste des noms de domaine spéciaux.

Cette terminaison potagère est utilisée par le réseau d’anonymisation Tor pour créer des services cachés (« hidden services »). Mais jusqu’à présent, elle n’était pas approuvée par les grands gardiens du Web. S’ils l’ont fait, c’est suite à la demande de deux experts en sécurité, Jacob Appelbaum, développeur au sein du projet Tor, et Alec Muffet, développeur chez Facebook.

Qu’est-ce que cela signifie ? L’IANA et l’IETF légitiment-ils ainsi la vente d’armes et de drogue sur le « Dark Net » ? Evidemment non. En revanche, cela veut dire que ces deux instances reconnaissent l’utilité d’un tel service.

En effet, le « Dark Web » n’est pas seulement une place de marché pour criminels (malheureusement), c’est également un moyen pour les citoyens de rester anonymes et de pouvoir échanger en toute sécurité des informations. Dans des pays où les dissidents politiques sont poursuivis, c’est un outil indispensable.

Cette nouvelle légitimité permettra également de renforcer la sécurité des services Tor. Grâce au statut officiel de « nom de domaine spécial », les administrateurs pourront s’adresser aux autorités de certification pour obtenir des certificats électroniques et mettre en place le chiffrement SSL/TLS.

Certains sites, comme celui de Facebook, avait déjà réussi à obtenir un tel document, mais à titre exceptionnel. Facebook n’est pas le seul site connu à disposer d’une annexe dans le Dark Web. On peut également citer le site de révélation WikiLeaks, le journal The Intercept ou le moteur de recherche DuckDuckGo.

Laisser un Commentaire

S'abonner au flux RSS

Recherche Rapide

Popular Post



|
|

Copyright © SoftMaroc 2016