Partage par : X Great Danger X Publié le : vendredi 22 avril 2016



Google Book revient sur le devant de la scène. Voilà dix ans que l'on voit régulièrement la bibliothèque numérique de Google faire les gros titres de l'actualité, mais faute d'un accord trouvé avec les ayants droit, cette dernière peine à se développer. Une décision de justice pourtant vient de tout changer...

Une décision de la Cour suprême ouvre le champ libre pour Google Book

La Cour suprême des Etats-Unis, la plus haute juridiction américaine vient d'envoyer en touche le recours du syndicat américain des auteurs visant à empêcher la généralisation de la numérisation de livres, en vue d'alimenter Google Book qui se voudrait être, la plus grande bibliothèque en ligne du monde.

La raison de ce recours, précédé de nombreux épisodes entre le syndicat Authors Guild et la firme de Mountain View, réside dans le fait que les auteurs revendiquent leurs droits d'auteur et dénonce le risque pour toute la culture de voir arriver une bibliothèque numérique libre de droit. A ce jour, déjà 20 millions d'ouvrages ont été numérisés.

Google s'est félicité de cette décision et a déclaré : « Nous sommes reconnaissants que la Cour (suprême) ait décidé de consolider la décision de la Cour d'appel qui avait conclu que Google Books a un effet transformateur et est en adéquation avec la loi sur les droits d'auteur », ajoutant sur le service Google Book : « il s'agira d'une nouvelle manière de trouver et d'acheter des livres tout en améliorant les intérêts des auteurs ».

D'autres personnes se sont réjouies de cette décision comme Nancy Sims, de l'université du Minnesota : « Il s'agit d'une issue formidable pour les bibliothèques et le public » ou encore Krista Cox, de l'association des bibliothèques de recherche qui parle d'une « victoire de l'utilisation équitable ».

Du côté de chez les auteurs c'est la douche froide, Mary Rasenberger, directrice du syndicat a déclaré : « Aveuglé par les arguments sur les bénéfices pour le public, la décision (...) nous indique que Google, et non les auteurs, mérite de tirer profit de la numérisation de leurs livres ». Elle a ensuite précisé : « La Cour n'a pas saisi la menace très réelle que pose cette décision pour les auteurs. Le prix à payer pour ce bénéfice de court-terme pour le public pourrait bien être l'avenir de la vitalité de la culture américaine ».

Laisser un Commentaire

S'abonner au flux RSS

Recherche Rapide

Popular Post



|
|

Copyright © SoftMaroc 2018