Microsoft Edge - pourquoi ça a mal tourné, et ce qui va suivre - SoftMaroc - Toutes les actualités informatique et Hi-Tech
Tendance
9 décembre 2018

Microsoft Edge - pourquoi ça a mal tourné, et ce qui va suivre



Microsoft a confirmé les rumeurs qui ont tourbillonné toute la semaine. C'est un changement radical qui porte sur l'un des composants phares de Windows 10. Microsoft veut reconstruira son navigateur Microsoft Edge à partir de zéro, en supprimant son moteur de rendu propriétaire EdgeHTML et le remplacer par le code open-source Chromium.

Oui, ce Chromium. Le même qui est au cœur du navigateur Chrome de l'archi rival Google. C'est une capitulation extraordinaire de la part de Microsoft, qui a passé près de quatre ans et une quantité stupéfiante d'efforts d'ingénierie sur un projet chimérique. Et a tenter de convaincre les utilisateurs de Windows 10 d'abandonner leur navigateur par défaut en faveur de Microsoft Edge.

Cet effort était voué à l'échec en raison d'une série d'erreurs stratégiques. Alors qu'est-ce qui fait croire à Microsoft qu'il pouvait convaincre le monde entier que ce tout nouveau Edge était une alternative valable à Chrome ?

Commençons par ce qui a mal tourné avec EdgeHTML. En théorie, l'idée de construire un moteur de rendu basé sur des standards pour concurrencer le moteur Blink de Chromium est parfaitement logique. Après tout, qui veut une monoculture ?

Mais quand cette noble idée est entrée en collision avec le monde réel, devinez ce qui s'est passé ?

Edge était à peine capable de rivaliser sur sa plate-forme native, Windows 10

L'une des meilleures sources de données sur l'utilisation réelle des navigateurs est le Digital Analytics Program (DAP) du gouvernement des États-Unis. Je suis ces chiffres depuis plusieurs années, et il y a six mois, j'ai remarqué un fait surprenant : Microsoft Edge prenait du retard sur Internet Explorer, le navigateur que Microsoft avait officiellement cessé de développer.

Même si la base installée de Windows 10 a continué à grimper, le trafic de Microsoft Edge a chuté. Parmi les utilisateurs de Windows 10, la part d'utilisation de Microsoft Edge, telle que mesurée par DAP, était en baisse constante. L'utilisation de Edge a chuté de 20,3 % au deuxième trimestre 2017 à 19,4 % au cours des trois premiers mois de 2018.

Pour la période trimestrielle achevée le 30 novembre 2018, ce nombre a de nouveau chuté à 17,1 %. Pendant ce temps, l'utilisation de Google Chrome sur Windows 10 a augmenté à 58,3 %.

Rappelez-vous que Microsoft Edge est le navigateur par défaut sous Windows 10, ce qui signifie que la première chose que la plupart des gens font avec un nouvel appareil Windows 10 est de télécharger Chrome et de le placer comme leur navigateur par défaut.

Le mécanisme de mise à niveau de l'Edge n'a fait qu'aggraver le problème

Microsoft a décidé très tôt de mettre à jour Edge dans le cadre de ses mises à jour semestrielles des fonctionnalités de Windows 10. Avec chaque mise à jour, Edge a ajouté des fonctionnalités et s'est constamment amélioré en termes de fiabilité et de sécurité.

Mais les entreprises clientes, et donc les utilisateurs finaux professionnels, ne voient pas ces améliorations. Les responsables informatiques sont notoirement conservateurs lorsqu'il s'agit du déploiement de Windows 10, et Microsoft leur permet maintenant de reporter les mises à jour des fonctionnalités jusqu'à 30 mois. Ainsi, même les premiers utilisateurs de Windows 10 sont probablement coincés avec des versions plus anciennes d'Edge.

Edge n'a pas fonctionné sur les ordinateurs de bureau ne fonctionnant pas sous Windows 10

Lorsque Microsoft a décidé pour la première fois choisir EdgeHTML, l'entreprise prévoyait que Windows 10 fonctionnerait sur un milliard d'appareils en deux ou trois ans, dont quelques centaines de millions de téléphones Windows.

Ce plan n'a pas vraiment marché.

Et pour les 15 % d'appareils de bureau utilisant des systèmes d'exploitation non Windows (principalement MacOS), Microsoft Edge n'est pas une option. Du tout. Cette cohorte comprend un nombre disproportionné d'utilisateurs qui sont des développeurs Web, ce qui rend difficile pour eux de tester leurs sites sur le navigateur de Microsoft.

Et pour les 40 % d'ordinateurs de bureau qui utilisent des versions Windows plus anciennes (mais toujours supportées), Edge n'est qu'une option. Chrome et Internet Explorer le sont, ce qui explique pourquoi ces deux navigateurs fonctionnent si bien.

Le nouvel Edge, comme l'ancien Edge ?

Microsoft prévoit de continuer à utiliser la marque Microsoft Edge, y compris le logo bleu vif avec le "e". Mais il va reconstruire le navigateur en utilisant le code open-source du projet Chromium. Une pre-release paraîtra dans quelques mois, mais le premier téléchargement officiel est encore prévu "à un an environ".

Ce calendrier est un peu gênant, avec la prochaine mise à jour de Windows 7 prévue quelques mois seulement avant la date officielle de fin de support (janvier 2020) pour cet OS.

Microsoft a certainement un talent d'ingénieur pour livrer un Edge solide à base de Chromium, et cela sera facilité par un moteur de rendu qui va traiter des sites Web qui ont été construits et testés exclusivement pour Chrome.

Mais il y aura encore des problèmes à régler. Au premier rang desquels la disponibilité des extensions. On me dit que le but de l'ingénierie est de permettre à toute extension Chrome existante de fonctionner sans modification sur le nouvel Edge. Mais cela signifie aussi que les développeurs devront empaqueter ces extensions pour le Microsoft Store. Un pourcentage non négligeable décidera probablement que ce n'est pas la peine de le faire.

Et la disponibilité du nouvel Edge sur Macs permettra aux développeurs Web de tester plus facilement leurs sites sur ce navigateur. Mais la question de savoir s'ils le feront reste ouverte.

Le plus grand argument de vente du nouveau navigateur de Microsoft sera la protection de la vie privée. En théorie, ils peuvent construire un navigateur 100% compatible avec Chrome, sans avoir besoin de se connecter aux services Google. Dans un monde où Facebook et Google sont de plus en plus critiqués pour leurs pratiques de collecte de données, c'est un argument potentiellement gagnant.

Bien sûr, Microsoft s'est déjà engagé dans cette voie avec sa campagne "Scroogled", et les résultats ont été, pour le dire charitablement, désastreux. Cinq ans plus tard, avec le départ de Mark Penn de l'entreprise et le travail de Satya Nadella, ça pourrait marcher.

Mais même si le nouvel Edge n'aide pas Microsoft à augmenter considérablement sa part de marché dans les navigateurs, c'est quand même une bonne nouvelle pour le web en général. Microsoft a déjà apporté des contributions impressionnantes à la base de code Chromium, et quoi qu'il fasse avec le nouvel Edge Chromium, ce code retournera à la communauté. Si certaines innovations d'Edge s'intègrent dans d'autres navigateurs, même Google Chrome, tout le monde y gagne.

Source : Cette information et actualité qui a suscité notre intérêt, a été publiée sur le site zdnet.fr que nous remercions. il nous a semblé pertinent de vous en faire profiter.
Microsoft Edge - pourquoi ça a mal tourné, et ce qui va suivre Reviewed by Portail SoftMaroc on 01:21 Rating: 5 Microsoft a confirmé les rumeurs qui ont tourbillonné toute la semaine. C'est un changement radical qui porte sur l'un des comp...



Aucun commentaire: