Crypto : la carte bancaire Bitcoin avec Cashback - SoftMaroc - Toutes les actualités informatique et Hi-Tech
Tendance
13 février 2020

Crypto : la carte bancaire Bitcoin avec Cashback


Encore très jeune, Crypto.com n’entend se laisser dicter sa conduite par des sociétés plus anciennes et moins innovantes. La plateforme dispose de multiples outils pour faire de l’ombre à quelques-uns des cadors du secteur, Coinbase ou Wirex en tête.

Le nom de domaine Crypto.com a été enregistré pour la première fois alors qu’Internet était à peine connu du grand public, en 1993. Il n’était évidemment pas question de Bitcoin, pas même de gérer de l’argent, mais simplement de cryptographie. Fondée en 2016, la société Monaco a petit à petit fait croître un vaste projet sur les cryptomonnaies.

D’abord établie à Hong-Kong et Singapour, c’est évidemment en Asie et dans les accélérateurs fintech de la région qu’elle s’est fait un nom. Le projet dans son ensemble repose sur le token MCO qu’elle a lancé officiellement en mai 2017. Monaco a ensuite enchaîné plusieurs levées de fonds tout en obtenant l’agrément VISA dans le but de proposer rapidement des cartes de retrait / de paiement. Les choses se sont ensuite accélérées, mais c’est avec le rachat du nom de domaine Crypto.com que la marque a véritablement pris son envol, multipliant les campagnes de publicités et les actions « coup d’éclat » comme cette annonce de cartes « en métal ».


Services de base Crypto.com et ouverture en quelques clics


À la base, le projet Crypto.com avait essentiellement pour vocation le stockage de ses cryptomonnaies sur son mobile afin, ensuite, de pouvoir les dépenser via l’utilisation d’une carte de retrait / de paiement. Un objectif déjà ambitieux quand on pense au temps qui aura été nécessaire pour voir apparaître les premières cartes réellement exploitables. D’ailleurs, Crypto.com a logiquement décidé de se lancer aux États-Unis avant de venir « conquérir » l’Europe… et encore, seuls quelques pays – dont la France – sont pour le moment concernés sur le Vieux continent.

Héritage de ce passé mobile, Crypto.com implique aujourd’hui encore l’utilisation d’un smartphone et la création d’un compte sur l’app de la plateforme. Non, ne cherchez pas, il n’existe aucun logiciel, aucune fonctionnalité directement exploitable depuis un desktop. Bien sûr, Crypto.com dispose de deux applications selon que vous soyez plutôt Apple ou plutôt Android et malgré cette limitation aux seuls terminaux mobiles, vous allez voir que Crypto a tout de même plus d’une corde à son arc pour faire pencher la balance en sa faveur.


Dès le lancement de la procédure d’inscription, Crypto.com se révèle très exigeant : montrer patte blanche se fait au moyen des informations habituelles, mais aussi en photographiant via son smartphone le recto et le verso d’une pièce d’identité. Ensuite, les choses vont heureusement très vite et au lieu des 48 – 72 heures annoncées par Crypto.com, nous avons reçu notre confirmation en quelques minutes seulement. Il était alors possible d’exploiter tous les services, toutes les ressources de Crypto.com… même si la commande d’une carte VISA implique un délai supplémentaire.

Ensuite, tout se passe depuis l’application, notamment les opérations de transfert. À ce petit jeu, Crypto.com a pour lui une ouverture remarquable puisque vous pouvez utiliser de nombreuses monnaies fiat pour alimenter votre compte : dollars, euros et livres sterling bien sûr, mais aussi dollars australiens, de Hong-Kong ou de Singapour ainsi que les yens ou, plus exotique, le lev, le forint ou le rand. Crypto.com impose toutefois une limitation : il ne gère pour chaque utilisateur « que » cinq portefeuilles de monnaies fiat, à vous de choisir vos préférées.

On profite d’une interface à peu près aussi simple et pratique pour acheter / vendre / gérer ses cryptomonnaies. Là encore, Crypto.com se distingue par l’immense choix qui est offert et ce sont plus de 50 cryptos qui sont accessibles avec les inévitables (BTC, ETH, XRP, LTC), mais aussi quelques « raretés » (DAI, GNT, FET). Bien sûr, les deux cryptos mises en place par la plateforme sont en bonne place : le MCO et le CRO ne pouvaient pas être oubliés. On est toutefois un peu surpris de voir que le Bitcoin Cash (BCH), le DASH ou l’Ethereum Classic (ETC) ne sont pour l’heure pas prises en charge. Une lacune que Crypto.com semble vouloir résoudre rapidement.

Cashback et « cadeaux » pour rendre les VISA attractives


Achat, stockage et vente de cryptos constituent l’une des principales activités de Crypto.com qui peut largement se substituer à de nombreuses autres solutions en autorisant la centralisation de toutes vos transactions grâce à la quantité de monnaies reconnues, mais aussi grâce à la rapidité des transactions. Nous ne l’utilisons pas depuis très longtemps, et pas sur de grosses sommes, mais de ce que nous avons pu en voir, c’est très réactif. Mais et nous en parlions dès l’introduction, Crypto.com cherche surtout à marcher sur les platebandes d’un certain Wirex.

Crypto.com dispose effectivement d’une large gamme de cartes de retrait / de paiement dont l’intérêt premier est bien sûr d’être appuyées par le poids lourd, VISA. Forcément, pour les utilisateurs cela inspire confiance d’autant que lesdites cartes sont déjà disponibles depuis quelques mois aux États-Unis et qu’elles ne semblent pas connaître de déboires particuliers. Les premiers retours sont plutôt élogieux, même s ‘il faudra revenir sur quelques points clés. Chez Crypto.com, ce ne sont pas une, mais cinq cartes depuis la Midnight Blue jusqu’à l’Obsidian en passant par les Ruby Steel, Jade Green / Royal Indigo et Icy White / Rose Gold.

Bien sûr, la couleur des cartes n’est pas leur seule différence. Il s’agit pour Crypto.com de distinguer / récompenser les usagers en fonction de leur volonté de s’impliquer dans le projet de la plateforme. Ainsi, alors que la Midnight Blue est gratuite, il est nécessaire d’acheter 50 tokens MCO et de les conserver sur son wallet Crypto.com durant 6 mois pour la Ruby Steel. Un montant qui passe ensuite à 500 MCO, puis 5000 MCO et enfin carrément 50 000 MCO sur l’Obsidian. Bien sûr, en retour, cette dernière propose des avantages très intéressants comme un cashback de 5% sur les achats réalisés avec la carte et même 10% chez AirBnB ou Expedia alors que les abonnements Spotify et Netflix sont carrément remboursés.

Attention toutefois, ce n’est pas un cashback au sens strict du terme. En effet, l’argent reversé au détenteur de la carte ne l’est pas en espèces, mais en tokens MCO qui se retrouvent sur le wallet Crypto.com. L’idée est évidemment de soutenir encore un peu plus la plateforme et sa cryptomonnaie. Notons par ailleurs que la large publicité faite sur les cartes VISA métalliques ne concerne en réalité que les cartes à partir du second palier, Ruby Steel et supérieures. Soulignons aussi que les plafonds de la carte basique – la Midnight Blue en PVC – sont relativement faibles : 200$ de retrait sur un mois et 2000$ de conversion sur un mois.

Des commissions parmi les plus faibles du marché


Les plafonds que nous venons de mentionner ne sont pas infranchissables : il s’agit de plafonds pour profiter de commissions 0. Au-delà, les opérations restent possibles – dans des limites cette fois non communiquées par Crypto.com – mais des frais s’invitent et on retrouve alors quelque chose qui se rapproche de la concurrence. Tout l’intérêt de Crypto.com réside effectivement dans la faiblesse de ses commissions. Nous l’avons dit, elles sont tout simplement nulles sur certaines opérations de retrait ou de change.

Mieux, cette même politique de commissions parmi les plus basses du marché est appliquée à la plateforme d’échange de devises. Crypto.com se repose ici sur la classique « méthode » des commissions dites maker ou taker. Comprenez que si vous proposez une transaction qui trouve directement preneur, vous aurez une commission – taker fee – un peu plus forte puisque vous ne faites que satisfaire une demande. Au contraire, dans le cas d’une maker fee, votre commission est légèrement réduite car vous ajoutez des liquidités « au marché ». Sachez toutefois que ces commissions concernent d’importants volumes : plus de 50 000 dollars sur 30 jours glissants. Pour les transactions plus faibles, la commission est fixe à 0,20%, un taux globalement intéressant.

Mais là où Crypto.com se montre particulièrement avantageux c’est que les commissions ont moins de chance de s’appliquer que sur d’autres plateformes, en particulier pour les utilisateurs disposant d’un portefeuille de cryptos très diversifié. Pour passer d’une crypto à une autre ou d’une fiat à une autre, il faut toujours payer des commissions. Parfois cela est nécessaire pour changer de plateforme d’échange. Mais puisque Crypto.com couvre une vaste gamme de fiat et de cryptos, vous devriez avoir moins besoin de multiplier les changements de plateforme et les transactions, réduisant de fait le montant des commissions.

Enfin, et c’est en quelque sorte la cerise sur le gâteau, plutôt que de vous prendre de l’argent via ses commissions, Crypto.com dispose d’un service d’intérêts sur les monnaies déposées sur la plateforme. Là encore, les utilisateurs qui font confiance aux tokens MCO seront davantage récompensées, mais de toute manière, Crypto.com cherche à fidéliser ses clients en proposant des taux d’intérêt en fonction de la durée de blocage des tokens (flexible, 1 mois ou 3 mois). Mieux, les intérêts sont versés directement sur votre portefeuille dans la crypto concernée par le placement.

Des services avancés, mais pas toujours clairs pour le néophyte


Au-delà de tout ce que nous venons d’énoncer, Crypto.com a déployé d’autres services auxquels on peut accéder très facilement depuis l’application smartphone. Il y a par exemple la fonctionnalité « crédit » dont l’objectif et de permettre l’obtention d’emprunts en fonction des dépôts réalisés en cryptomonnaie sur la plateforme. Encore dans l’idée d’encourager l’utilisation du token MCO, Crypto.com propose des taux d’intérêts plus bas pour ses usagers les plus fidèles : une différence de 4 points de pourcentage peut être observée entre un emprunteur qui détient moins de 50 MCO stake et un autre avec plus de 500 MCO stake.

Crypto.com propose également une fonction dite « d’investissement ». Marque de fabrique de la plateforme, celle-ci n’implique aucun frais d’entrée ou d’arbitrage et repose sur la stratégie de quant trading afin, en théorie, de maximiser les chances de profits. Problème, malgré les promesses de Crypto.com, il n’est pas évident pour le néophyte d’y comprendre quelque chose. Deux possibilités s’offrent alors à l’utilisateur : 1/ accorder une confiance aveugle à la plateforme ou 2/ se retrousser les manches pour comprendre comment tout cela fonctionne ce qui va nécessiter pas mal de temps et d’énergie, allant un peu à l’encontre de la simplicité affichée par Crypto.com.

Ce dernier reproche est d’ailleurs applicable de manière plus générale à l’ensemble du service Crypto.com. En premier lieu, on critiquera forcément le fait que le site comme l’application ne sont disponibles que dans la langue de Shakespeare ou, « pire », en chinois et en coréen. Vous avouerez que pour attaquer le marché français, Crypto.com aurait pu faire quelques efforts supplémentaires… d’autant que vous le verrez en jetant un œil au site de la plateforme, les choses sont loin d’être aussi évidentes qu’il n’y paraît et rien que le fonctionnement du cashback des cartes VISA ne coule pas forcément de source. Des efforts sont encore à faire pour se rendre plus accessible.

Crypto.com cherche à bousculer le marché…


Depuis la fondation de leur première société – Monaco – les promoteurs de la plateforme Crypto.com semblent vouloir changer la façon de voir et d’appréhender les cryptomonnaies. Les systèmes de cashback et de « cadeaux » autour de l’utilisation des différentes cartes de retrait sont là pour le prouver : Crypto.com cherche à fidéliser ses utilisateurs et à les impliquer toujours plus dans le succès des tokens MCO et CRO de la plateforme. Plutôt que de n’être qu’un utilisateur passif, on doit investir dans la MCO pour profiter davantage toujours plus importants.

Crypto.com encourage également le staking et la prise d’intérêts en immobilisant les tokens MCO. L’idée est évidemment de dissuader les utilisateurs de revendre au plus vite leurs tokens. Nous courons alors le risque de voir la valeur de nos tokens s’effondrer sans que l’on ne puisse rien y faire puisqu’ils sont bloqués. Reconnaissons là qu’il s’agit d’un risque non négligeable, mais finalement lié à la philosophie même de Crypto.com. Reste qu’en l’état actuel des choses, les outils mis à disposition des utilisateurs, l’application smartphone et les innombrables fonctionnalités complètent à merveille une carte de retrait / paiement qui devrait se montrer de plus en plus intéressante. À surveiller de très près.

Source : Cette information et actualité qui a suscité notre intérêt, a été publiée sur le site begeek.fr que nous remercions. il nous a semblé pertinent de vous en faire profiter.
Crypto : la carte bancaire Bitcoin avec Cashback Reviewed by SoftMaroc on 22:03 Rating: 5 Encore très jeune, Crypto.com n’entend se laisser dicter sa conduite par des sociétés plus anciennes et moins innovantes. La plateforme d...



Aucun commentaire: